Arts immersifs

Les arts immersifs apparaissent comme des dispositifs expérientiels où le positionnement du spectateur dans le dispositif est central, permettant une activation du vivant dans le corps de l’individu qui devient « immersant » en produisant une nouvelle écologisation de lui-même dans le monde.

Les procédés mis en place par les artistes dès les années 1990, ont pour but de (re)créer une sensation, parfois un sentiment, d’enveloppement et d’enfouissement permettant de solliciter une vision et un toucher périphérique où l’environnement se déploie autour de l’immersant en mouvement. Ainsi, le point de vue se trouve constamment modifié, entre monde fictionnel et espace tangible.

L’espace/temps se voit redéfini à travers des réalités virtuelles qui invitent l’individu à transcender, transformer et modifier la façon dont son corps habite et vit sa réalité. L’individu par son rôle actif devient spect-acteur et se trouve plongé dans une représent-action où l’immersion tant physique que cognitive, le sollicite à devenir partie intégrante de l’oeuvre. Nous rentrons grâce au numérique dans une ère où il n’y a plus deux réalités, mais bien une intégrative, celle du monde corporel.

Quand Marcel Duchamp avance que l’oeuvre d’art dépend du spectateur qui en achève le concept, il ne devait pas s’imaginer à un tel remaniement, où l’objet fait place à l’expérience. Cet art d’un nouveau genre se trouve à la conjonction des sciences neurophysiologiques et des arts du visuel recherchant une expérience incarnée de la cognition, des émotions et de la motricité, rendue possible par le développement des nouvelles technologies et du numérique. Il est possible d’observer à travers cette notion trois catégorisations : l’interaction, l’imsertion et l’hybridation qui permettent à l’individu d’incorporer un certain degré d’immersion dans le dispositif. Cependant, malgré tous les développements technologiques de ces cinquante dernières années, nous ne sommes pas en mesure ni de parler d’art total, ni même d’une immersion totale à travers un dispositif recréant une réalité virtuelle. Les technologies dont nous disposons ne nous permettent qu’une réalité sollicitant certains de nos sens – mais pas tous – privilégiant une implication émotionnelle du spectateur et ne laissant que peu de place à une réception critique.

Contributions
Pour contribuer, connectez-vous ou inscrivez-vous

Arts Immersifs, dispositifs & expériences
Références
1 octobre 2015
Auteur : Sous la direction de Bernard ANDRIEU
Editeur : PUPPA
Commentaire :

Ce numéro de Figures de l’art est le premier sur les Arts immersifs. Il montre à travers les pratiques et les recherches que l’art de s’immerger engage le corps de l’artiste et du spec-acteur dans une production commune de l’œuvre d’art. De l’effet de présence au retour haptique, les articles étudient dans le cinéma, la performance ou l’installation, les nouveaux modes d’expérience des corps.

Manifeste des Arts Immersifs
Références
1 octobre 2015
Auteur : Anaïs Bernard, Bernard Andrieu
Editeur : Presses universitaires de Nancy