Code-barres bidimensionnel (Qr Code, Flashcode …)

Professeure émérite en Sciences de l’Information, Communication de l’Université Paris 8. Titulaire de la Chaire UNESCO ITEN (Innovation, Transmission, Edition Numériques)

Les codes-barres bidimensionnels sont des pictogrammes codant des informations numériques décodables notamment avec un téléphone portable équipé d’un appareil photo et d’un logiciel de lecture adapté.

Il existe plusieurs catégories de codes bidimensionnels, certains sont des technologies sous licences libres comme le Qr code ou le Datamatrix et d’autres sont propriétaires comme notamment le Flashcode®.

Ces codes-barres sont des interfaces informatiques permettant un accès simplifié et unique à un type spécifique de données ou d’actions comme le renvoi sur un site web, un texte, une carte de visite, un CV, une invitation, etc. Cette superposition d’interfaces vise à limiter les saisies clavier et à répondre originalement aux possibilités et aux contraintes de la miniaturisation et de la mobilité. Ce système permet l’économie de temps de recherche pour l’usager et accentue le lien entre univers physique et virtuel. L’intégration de ces codes-barres à des environnements ou à des éléments physiques peut permettre un réel enrichissement en information.

Les codes-barres bidimensionnels sont facilement reproductibles et leur diffusion peut se faire sur de nombreux supports: panneaux d’affichage, livres, magazines, t-shirts, etc. Les modalités de lecture de ces codes-barres imposent pour l’instant des dimensions d’impression minimales, une bordure blanche autour du code-barres et des supports de reproduction suffisamment lisses. Par ailleurs, lorsque le code-barres renvoie à un site Internet, l’adaptation ou la compatibilité de ce site Internet à l’ergonomie des interfaces de smartphone est indispensable pour proposer une navigation de qualité à l’usager.

Les stratégies de marketing multicanaux et crossmédia, s’appuyant sur une campagne de terrain et une campagne Internet, peuvent faire le lien entre réel et virtuel par le biais du code-barre. Cette méthode permet de créer un effet de résonance entre différents supports de communication et d’inscrire la cible dans un processus dynamique d’interaction avec la marque valorisée et les produits ou services proposés.

L’utilisation des codes-barres dans les campagnes de communications présente aussi un avantage en termes d’évaluation d’impact. Ces campagnes utilisant des codes bidimensionnels s’appuient sur des outils d’analyse qui permettent de suivre en détail le nombre de fois où le code-barres a été scanné, ainsi que les dates et lieux de scannage.

Cette traçabilité des codes-barres peut aussi être utilisée pour garantir l’origine d’un produit ou pour permettre au consommateur final de remonter la chaîne de production, notamment pour les produits de type commerce équitable.

La valorisation du patrimoine culturel peut aussi s’appuyer sur l’installation de ces codes-barres comme médiateurs entre l’élément physique perceptible et les informations numériques détaillées le concernant.

Contributions
Pour contribuer, connectez-vous ou inscrivez-vous

二维码纹身
Exemple d'expérimentation
10 septembre 2013

这是一个利用纹身及二维码应用的一个非常棒的案例。二维码作为一种花饰出现在整个纹身的图案中,并且手机可以扫描出二维码以网络链接视频的方式出现加入到整个纹身的图案中,非常棒!点不开以下链接的可以尝试进入www.facebook.com/ballantines

    加油吧
    Point de vue
    10 septembre 2013

    有时候买东西的时候商品的二维码不是很完善,所以不是很好的找到相关的二维码。
    但是找朋友的时候二维码还是很好用的
    现在用的时候还是不多 以后通用性加强之后应该会更好!~

      Salle de flashcodes dans le pavillon national russe (Venise)
      Exemple d'expérimentation

      La dématérialisation sur tablette tactile des contenus du pavillon de la Russie de la biennale d’architecture est une réussite scénographique en raison de la qualité esthétique et de l’originalité des espaces qui ont été conçus pour donner accès aux documents multimédias décrivant le grand projet d’aménagement de la future ville scientifique de Skolkovo.
      Disposant de deux étages d’exposition, les concepteurs du pavillon russe ont joué sur les contrastes.

      Au niveau bas, une installation appelée « I-Land » a été imaginée pour évoquer l’existence d’une soixantaine de villes scientifiques construites entre 1945 et 1989 sous le régime soviétique et qui sont restées secrètes. Dans une salle obscure, on peut voir, à travers de multiples œilletons, des photographies d’époque de ces villes autrefois interdites.

      Au niveau supérieur, les concepteurs ont voulu mettre en évidence le changement de méthode qui caractérise la politique russe actuelle en présentant une installation très différente appelée « I-City ». Celle-ci porte sur la création, d’ici à 2017, de la ville nouvelle de Skolkovo, située à proximité de Moscou. Cette cité de l’innovation associera des centres de recherche et de formation, publics et privés du monde entier, spécialisés sur les technologies de l’information et la communication, sur l’industrie nucléaire, sur la recherche biomédicale, sur les énergies et sur la recherche spatiale. Plusieurs projets de grands architectes ont d’ores et déjà été sélectionnés pour cette ville qui comprendra également des logements, une université, des espaces collectifs de loisirs et de nombreux services.

      L’usage de tablettes tactiles individuelles a été retenu pour donner accès aux documents descriptifs. Dans un premier temps, le visiteur doit choisir un des nombreux flashcodes situés sur les murs des trois salles et le scanner au moyen de l’application embarquée. Selon les salles, il peut alors consulter sur son écran les dossiers complets de chaque projet architectural, d’aménagement (descriptifs, images, vidéos, cartes, plan masse, voies de circulation, moyens de transport, etc.) ou encore des informations générales sur le programme d’ensemble (partenaires, stratégie, etc.). Un menu enregistre sur chaque tablette tous les dossiers consultés sur le total de ceux disponibles.

      L’ensemble de ce pavillon national vise un double objectif stratégique :
      •montrer la rupture avec le passé, en affichant l’ouverture de la Russie actuelle au monde extérieur, sa modernité et sa volonté de partenariat international pour développer la recherche et l’innovation,

      •symboliser, à travers l’installation de l’étage supérieur, la circulation des connaissances et les flux d’échanges entre le monde réel et le monde des réseaux, qui sont au cœur même du projet collaboratif de Skolkovo.

      Même si ces deux installations font clairement la promotion de la politique du gouvernement russe, les technologies informatiques ont été utilisées avec habileté dans un cadre scénographique imaginatif. Loin d’être considérées comme de simples outils de lecture à la mode, les tablettes activées dans un tel environnement contribuent à l’attractivité des messages à transmettre et les renforcent. Elles s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie de communication cohérente et compréhensible par tous les visiteurs, ce que beaucoup d’autres pavillons nationaux ne sont pas parvenus à mettre en œuvre.

      Site de la biennale
      http://www.labiennale.org/it/architettura/index.html