Compatibilité

Professeure émérite en Sciences de l’Information, Communication de l’Université Paris 8. Titulaire de la Chaire UNESCO ITEN (Innovation, Transmission, Edition Numériques)

La compatibilité peut être définie comme la possibilité technique pour plusieurs systèmes de fonctionner et communiquer ensemble avec ou sans intermédiaire, de manière plus ou moins fluide.

La compatibilité, à la différence de l’interopérabilité, s’inscrit profondément dans une pragmatique et n’est pas décidée en amont et de manière absolue. La compatibilité en informatique est souvent la réponse technique à des choix de partenariats ou à un état du marché. Ainsi les stratégies de compatibilité peuvent relever soit de la coopération explicite avec la signature d’un accord de compatibilité, soit implicite, avec une mise aux normes unilatérale.

La compatibilité n’est pas toujours acquise techniquement, et peut nécessiter des adaptations d’un système à un autre. Cette dimension est nécessaire au fonctionnement d’un écosystème et permet de faciliter l’échange de données.

La compatibilité est une question centrale pour le crossmédia en raison du nombre élevé de catégories d’acteurs et d’acteurs par catégories. Les catégories principales d’acteurs en présence dans le crossmédia sont les constructeurs de supports, les fournisseurs d’accès à Internet, les opérateurs mobiles, les développeurs de systèmes d’exploitation, les développeurs de logiciels et d’applications, les développeurs de navigateurs web, les moteurs de recherches, les plates-formes de réseaux sociaux, les hébergeurs de messageries, les diffuseurs de contenus ou encore les éditeurs de contenus. Ces différentes catégories sont interdépendantes et doivent s’accorder entre elles pour être rendues compatibles. Il y a par ailleurs des acteurs multiples dans chacune de ces catégories, qui se livrent une concurrence directe et cherchent à s’imposer dans leur catégorie. Certains acteurs combinent plusieurs catégories, c’est le cas par exemple de Google® (moteur de recherche, messagerie, réseaux sociaux, navigateur web, diffuseur de contenu, développeur de système d’exploitation pour mobiles), de Microsoft® (systèmes d’exploitation en général, logiciels, navigateur web, constructeur, messagerie, etc.) ou encore de Apple® (constructeur, système d’exploitation, logiciels et diffuseur de contenu). Les décisions de compatibilité sont le reflet des choix stratégiques des entreprises. Le cas d’Apple® au regard de cette catégorisation est très intéressant puisque cette entreprise est structurée autour des incompatibilités et a choisi un cœur de métier combinant construction et système d’exploitation, en créant un écosystème qui lui est propre.

Les accords de compatibilité structurent les marchés, font et défont des standards. Les choix de consommation sont largement influencés par la compatibilité, le consommateur étant souvent rendu captif d’un écosystème technologique par ses premières décisions d’achat. Les structures de marchés diffèrent généralement selon les pays, impliquant souvent des incompatibilités fondamentales (différences allant du standard de la prise de courant aux formats standards de compression de données) ce qui limite les convergences technologiques internationales.

Contributions
Pour contribuer, connectez-vous ou inscrivez-vous