Cyberdesign

Professeure émérite en Sciences de l’Information, Communication de l’Université Paris 8. Titulaire de la Chaire UNESCO ITEN (Innovation, Transmission, Edition Numériques)

La notion de cyber-design désigne l’élaboration d’une sémantique du virtuel. Cette sémantique améliore l’accès de l’usager aux informations, grâce à une représentation ergonomique et efficace sur les nouveaux supports de consultation et de diffusion.

Le cyber-design a pour objectif d’optimiser le potentiel d’un objet virtuel en orientant le comportement de l’usager. Le cyber-design, savoir-faire au service des entreprises du net, donne leurs formes virtuelles aux contenus immatériels et aux flux d’information et d’échanges.

Dans un contexte de pluralité des supports de diffusion, une rationalisation des coups d’adaptation des interfaces aux différents terminaux (ordinateurs, tablettes, smartphone, etc.) a généré des pratiques dites de « responsive design ». Par ailleurs, dans une logique plus qualitative de nouvelles pratiques émergent, que nous qualifierons de crossdesign. Effectivement, le crossmédia, aussi bien dans ses dimensions éditoriales que publicitaires, exige la mise en œuvre d’une logique holistique communicationnelle, véritable sémantique inter-interfaces faisant du design la pierre angulaire de l’expérience usager. La cohérence des interfaces va bien au-delà de l’esthétique et de l’identité visuelle, il correspond à la mise en place d’habitudes d’usages. Cet élément est fondamental dans un univers d’éclatement de l’offre.

Régulièrement, le cyber-design se reconfigure et mute. Les mutations se font en fonction des évolutions technologiques, et en particulier la portabilité, le tactile et la généralisation du haut débit. Le cyber-design s’adapte aux exigences d’efficacité du web collaboratif, des portails d’e-commerce, des politiques de communication 360° et crossmédia. Ces mutations correspondent aussi à l’hybridation constante des médias. Les trois grands savoir-faire: du livre, de l’audiovisuel et de l’informatique, qui avant de se conjuguer se sont affrontés, y trouvent des complémentarités effectives.

Les évolutions du cyber-design sont la conséquence directe de l’acculturation croissante des usagers aux technologies, à la virtualisation de l’information. Les réalisations du cyber-design rendent compte des nouvelles procédures de consultation et des nouveaux « réflexes » d’usages.

Le cyber-design a atteint un niveau de maturité manifeste. Les dernières réalisations représentent un véritable saut qualitatif, qu’il s’agisse de sites, moteurs de recherche, et applications, avec la triple alliance de l’esthétique, de la pertinence et de l’adéquation technologique aux objectifs d’usages.

Le cyber-design c’est le beau qui fait sens, qui construit ses repères, qui travaille sur l’intuition, qui démontre sa forte proximité avec les comportements prévisibles de l’usager, la présence intuitive de l’agir dans l’image.

L’importance accordée aux traitements des données par le cyber-design confirme la construction d’une autre culture, celle de l’écran interactif comme espace, qui n’est plus seulement surface, mais feuilletage potentiel, profondeur suggérée, épaisseur classée.

L’interface est ce premier visuel que l’œil perçoit et interprète, elle rend compte du projet d’organisation, nous gratifie d’une sémantique du virtuel.

Contributions
Pour contribuer, connectez-vous ou inscrivez-vous