Digital Diaries

Professeur des Universités en Histoire de l’Art et Esthétique

Les Digital Diaries sont des albums numériques de la vie quotidienne intime, qu’un grand nombre deartistes mettent en ligne de manière plus ou moins exhibitionniste. Ils relèvent de l’extimité, ce désir de rendre visible une part de son intimité.

On peut distinguer deux types de Digital Diaries. D’abord ceux qui ressortissent à la mise en scène de la vie sexuelle. Natacha Merritt est la plus célèbre net artiste de cette figure du genre, les internautes ayant ont fait de ses Digital Diaries www.digitalgirly.com, où elle montre depuis 2003 des diaporamas de sa vie sexuelle de jeune américaine sans pudeur ni interdits, sont les plus visités de la Toile. Si les diaporamas images évoquent tout naturellement les clichés des images pornographiques de professionnels ou d’amateurs, ils s’en distinguent par leur mise en (s)cène. En prenant ses photographies elle-même, tenant son appareil numérique à bout de bras, Natacha Merritt réalise des plans rapprochés, biaisés, parfois floutés, qui amènent le netspectateur à voir les scènes avec les yeux de l’artiste et des ses partenaires. Par ce petit clin d’oeil à Ramón et Andréa, ces personnages loufoques du Kika d’Almodovar, qui ne peuvent vivre que sous le regard de la caméra qu’ils tiennent eux-mêmes, les photographies de Natacha Merrit font de la vie sexuelle un peep show ludique, oscillant entre le baroque et le kitsch.

Ceux qui ressortissent à la mise en (s)cène de l’être esseulé au sein même La Toile. Les plus réussis de cette figure sont ceux d’une artiste hollandaise : Martine Neddam, qui met en scène la vie de Mouchette www.mouchette.org. Mouchette se présente comme une adolescente de 13 ans, qui aime à prendre l’apparence d’une petite mouche. La mouche est bien sûr un petit insecte diptère du sous-ordre des brachycères, mais également un artifice cosmétique, que les femmes, parfois même les hommes, se collaient sur le visage pour se rendre plus sexy, au point de donner lieu au dix-septième siècle à une cartographie érotique. En voletant plus ou moins bruyamment sur l’écran de l’ordinateur, Mouchette joue sur les deux tableaux.

Elle rappelle aussi la Mouchette de Bernanos portée à l’écran par Robert Bresson en 1967. Livrée aux « pires taloches » de son père rustre et alcoolique depuis la mort de sa mère, la jeune adolescente vit dans un petit village où les gens « sont noirs et poilus comme des boucs ». Et, comble de l’hainamoration, elle est violée par Arsène le braconnier épileptique pour lequel elle avait chanté, le seul être dont elle se sentait proche, qui ne la détestait pas, qui l’aimait peutêtre. En regardant des perdrix se débattre en vain dans les filets du braconnier ou des lièvres ahuris d’être blessés à mort dans leur course par des chasseurs, elle comprend que la mort est la seule issue à ses souffrances, la délivrance.

Montaigne est le premier à faire de la narration de sa vie intime, « de ses rognons douloureux à son organe trop petit et trop souvent défaillant, en passant par ses pets et autres manières d’obtenir des selles molles, parfumées, souples, abondantes ou des urines claires, troubles, rouges, brunes ou limpides », etc… le sujet fondamental des Essais, faisant ainsi basculer le souci de soi d’Augustin de la confession du Maître Intérieur à celle de maîtres internes plus organiques et facétieux. Or, le journal intime comme trope littéraire va de pair au 16e siècle avec celle d’un style: le maniérisme, qui se propose de montrer l’art que ses prédécesseurs se donnaient pour mission de cacher; ce qui ne va pas sans produire une surenchère exhibitionniste, qui donne au réel les traits et l’attrait du fantastique. C’est pourquoi la peinture de l’intime se joue, dès l’origine, dans l’espace proxémique du « cabinet de curiosités », qui trouvera sa forme paradigmatique dans le genre pictural du « cabinet de toilette » du XVIIIe siècle libertin. Et celui-ci se donne à voir comme un lieu duplice, où l’être humain se met à nu selon le modèle du journal intime pour être lu de près, tout en se maquillant selon le modèle pictural, pour être vu de loin. Relevant des carnets intimes publiés, les Digital Diaries ont la même ambivalence et ambigüité.

Contributions
Pour contribuer, connectez-vous ou inscrivez-vous

Mouchette
Exemple d'expérimentation
1 octobre 2015

Digital Diaries de Martine Neddam

Digital Diaries de Natacha Merritt
Exemple d'expérimentation
1 octobre 2015