Haut débit

Professeure émérite en Sciences de l’Information, Communication de l’Université Paris 8. Titulaire de la Chaire UNESCO ITEN (Innovation, Transmission, Edition Numériques)

Le haut débit et le très haut débit désignent des débits montants et descendants permettant un usage fluide d’Internet. Le débit minimal pour parler de haut débit est relatif et évolutif dans l’espace et le temps.

La mise en place des infrastructures permettant des débits élevés dépend généralement de l’État, des collectivités territoriales, des opérateurs de téléphonie et des fournisseurs d’accès à internet. Ces infrastructures nécessitent des investissements très importants supportés par ces acteurs pour la rénovation des infrastructures du génie civil et le déploiement par les opérateurs du réseau de câbles sur le territoire et jusqu’aux habitations.

Le haut débit, en permettant les transferts massifs de données en flux descendant puis montant à partir d’ordinateurs personnels, a introduit de nouveaux usages. Le haut débit a rendu possible une dynamique de téléchargement intensive de musique, de films, de logiciels, entre pairs, à partir de serveurs FTP (File Transfer Protocol, protocole de transfert de fichier) ou encore à partir d’hébergeurs. Le très haut débit a permis le streaming, c’est-à-dire le visionnage ou l’écoute en continu, sans qu’il y ait besoin de télécharger au préalable la totalité du fichier. Les débits élevés ont aussi eu des conséquences sur le jeu en ligne et ont progressivement rendu obsolètes les salles de réseaux et plus largement le jeu en réseau (local), qui avaient comme avantages la dimension sociale et la fluidité du jeu permise par la connectique, mais pour inconvénients le coût élevé du temps de jeu, la restriction du nombre de joueurs potentiels aux clients de la salle et l’obligation de se déplacer pour jouer.

Le haut débit s’étend progressivement aux supports mobiles, notamment via le WiFi et les technologies spécifiquement mobiles comme les standards 3G+, 3G++, 3.9G et 4G. Le haut débit sur les supports mobiles, et plus particulièrement le téléphone, modifie la place de l’appel téléphonique dans l’écosystème communicationnel mobile. Le haut débit remet en question le coût de la communication téléphonique mobile et du SMS, certains services gratuits de téléphonie et d’envoi de messages instantanés gratuits étant fournis directement sur Internet et donc accessibles aussi sur ce support. Les services de téléphonie mobile avec le haut débit ne devraient progressivement plus mesurer la consommation qu’en termes de quantité de données transférées (reçues et envoyées).

Les objets communicants dépendent largement des systèmes de communication à haut débit pour fonctionner efficacement. Les productions crossmédia tiennent compte des débits standards des différents supports utilisés pour proposer des composants adaptés aux possibilités de téléchargement de chacun des supports. Une production crossmédia peut ainsi proposer à l’usager de télécharger une application sur son support mobile lorsqu’il est connecté à un réseau WiFi, pour pouvoir ensuite l’utiliser avec fluidité lorsqu’il sera connecté à un réseau à plus bas débit.

Contributions
Pour contribuer, connectez-vous ou inscrivez-vous