Internet des objets

Enseignant-chercheur HDR Université Bordeaux Montaigne, Chaire UNESCO ITEN

L'Internet des objets (de l'anglais Web of Things) est principalement une évolution de l'internet dans laquelle la principale préoccupation a été de savoir comment connecter les objets entre eux au niveau de la couche réseau. De plus en plus, des objets ordinaires sont interconnectés de façon électronique et sans fil (Tee-shirts, montres, chaussures, lunettes). Ils partagent ainsi des informations avec un ordinateur, une tablette ou un smartphone et sont ainsi capables de percevoir, analyser et réagir selon le contexte.

L’IdO est un concept informatique qui décrit un avenir où les objets du quotidien sont entièrement intégrés avec le Web. La condition préalable pour l’IdO est que les « choses » ou les « objets » en question disposent de systèmes informatiques intégrés qui permettent la communication via une adresse IP. Ces dispositifs intelligents seraient alors en mesure de communiquer les uns avec les autres en utilisant les standards existant du Web.

Les objets connectés peuvent aller d’un simple produit étiqueté avec un QR Code comme un ticket de bus ou un produit en grande surface à des produits, des appareils ou des machines plus élaborés et connectés sans fil tels que des systèmes de sécurité, un distributeur de banque, une voiture ou une chaîne de montage en usine, tout en remontant jusqu’à des systèmes plus complexes comme un bâtiment, une ville ou un territoire entier.
Bien que l’Internet de Objets (IdO) est présentée comme une innovation technologique relativement récente – officiellement reconnu comme une technologie distincte en 1999 – le concept, lui-même, remonte au début des années 80 (1982 plus exactement) quand des étudiants diplômés en informatique de l’Université Carnegie Melon avaient connecté un distributeur Coca Cola à Internet en utilisant une application qui vérifierait la disponibilité et la température de la boisson.

Pour fonctionner comme un sous-ensemble de l’internet, l’IdO met l’accent sur des normes et des cadres logiciels tels que REST (un style d’architecture permettant de construire des applications Web, Intranet et Web Service), http (protocole de communication client-serveur du Web) et URI (identifiant uniforme de ressource sur les réseaux) pour créer des applications et services qui combinent et interagissent avec une variété de périphériques réseau. L’IdO peut donc couvrir une gamme d’objets de tous les jours qui ont un potentiel d’accéder aux services Web.

Or, les limites de l’IdO deviennent évidentes dès que l’on souhaite intégrer des appareils de différents fabricants dans une seule application ou système. Le Web des Objets (WdO) – à distinguer du Web des Données (WdD) plus focalisé sur les données liées (linked data) – peut gérer ces limitations. Il s’agit d’une couche applicative dont l’objectif est de tirer parti des standards Web existants pour interconnecter tous les types de dispositifs embarqués (capteurs, téléphones mobiles, etc.) et les rendre plus faciles à utiliser et à intégrer dans les applications Web classiques. Le WdO vise à construire un avenir Web composé de dispositifs réellement ouverts, flexibles et évolutifs et les standards du Web sont la meilleure façon d’y parvenir. De la sorte, alors que la partie Internet de l’IdO est concentré à résoudre les problèmes physiques de mise en réseau pour que chaque objet connecté (ses services ou les données le concernant) peut être consulté et traité par d’autres applications via l’infrastructure Internet existante, la couche Web dans le WdO repose exclusivement sur des protocoles et des outils de niveau applicatif indépendants des protocoles de couche physique et de transport utilisés par les appareils.

Dans la vie de tous les jours, l’IdO entraîne un changement révolutionnaire dans les secteurs des soins de santé, de la fabrication, de la vente au détail, de l’énergie et de l’agriculture. Les entreprises tirent parti de la technologie sous la forme d’une amélioration des performances opérationnelles. Elles adoptent l’IdO pour gagner un avantage concurrentiel en se concentrant sur l’augmentation de l’efficacité opérationnelle grâce à la gestion des données en temps réel et à l’automatisation des tâches. Cela leur permet d’adopter une approche plus innovante pour faire croître et développer leur entreprise.
Les nouvelles applications des technologies IoT prennent également en charge des fonctions avancées telles que l’automatisation des tâches et le contrôle à distance des appareils. Elles permettent ainsi aux organisations de maintenir un équilibre optimisé entre la consommation d’énergie et la conservation et de concevoir et de mettre en œuvre des stratégies de gestion des risques plus robustes.

Contributions
Pour contribuer, connectez-vous ou inscrivez-vous