Médias

Professeure émérite en Sciences de l’Information, Communication de l’Université Paris 8. Titulaire de la Chaire UNESCO ITEN (Innovation, Transmission, Edition Numériques)

La notion de média désigne les moyens, techniques et systèmes qui permettent de diffuser de l’information et/ou d’établir une communication entre des éléments à distance, en direct ou en différé.

La notion de média a connu des mutations très importantes dans son acception, liées principalement à l’évolution accélérée des techniques qu’elle inclut et à leur hybridation. La notion de média reste cependant structurelle dans les nouvelles technologies de l’information-communication.

Les médias permettent la création d’interactions qui peuvent être réparties en trois catégories principales: le point à masse, le point à point et le point à multipoints. Cette catégorisation se fonde sur la nature de l’interaction et du couple traditionnel émetteur-récepteur. L’élément caractéristique semble en premier lieu limité au type de récepteur, qui peut être une masse, un point, ou des multipoints. Chacun de ces types de récepteur est initialement passif puis actif et ceci de manière différenciée: l’activité de la masse est difficilement perceptible et ne se voit révélée que par les statistiques de vente, d’audience et les sondages, l’activité du point tend à l’immédiateté individualisée et l’activité des multipoints est asynchrone, potentielle, diffuse et individualisable.

Les médias sont des intermédiaires qui facilitent la médiation à distance. Cette médiatisation invite à analyser le média comme un moyen de prolongement sensoriel à la disposition de l’individu. Les choix éditoriaux, les modes de communication, d’expression ou de transmission dépendent du sens ou de la synesthésie cible et du média qui permet de l’atteindre.

Les créations et productions crossmédia, en réalisant des synergies de médias, cherchent à produire des effets sensoriels combinés et à orienter l’activité du récepteur selon des modalités prédéfinies. La télévision connectée s’inscrit dans cette dynamique en adaptant le média domestique qu’est la télévision au récepteur multipoints et à la délinéarisation sélective des nouveaux médias et d’Internet. Dans une même logique, la presse papier, média traditionnel, s’adapte aux récepteurs multipoints en proposant des versions électroniques multisupports, des inscriptions à des fils RSS, à des push téléphoniques, à des newsletters ou encore la possibilité d’ajouter des commentaires sur Internet à la suite d’articles.

La mondialisation et l’homogénéité relative de l’accès à l’information et à la communication sur Internet modifient le dimensionnement territorial des autres médias. Internet comme média se heurte plus généralement à des frontières plus langagières que territoriales. Les médias de proximité, dans cette échelle redimensionnée, peuvent aussi tirer parti de techniques de traitement de données et de la géolocalisation.

Contributions
Pour contribuer, connectez-vous ou inscrivez-vous

L’éducation aux médias face aux défis du numérique
Références
Contributeur(s) : Loana Esquirol
Institution : Université Paris 8- Master CEN
14 janvier 2022
Auteur : Rédaction de viepublique.fr
Commentaire :

Cet article traite de l’éducation aux médias dans l’éducation nationale et reprend un historique ainsi que ce qui se fait actuellement dans les salles de classes. Quand auparavant, les médias étaient un support pédagogique dans l’enseignement, ils deviennent aujourd’hui un objet d’étude nécéssaire à aborder pour donner aux adultes de demain des clés de compréhension du monde dans lequel ils évoluent. Quelles sont les problématiques et les défis à relever autour de l’éducation aux médias?

Marques et médias : Comment ces deux notions se positionnent-elles dans un monde en pleine évolution
Apport théorique
Contributeur(s) : Dorian Le Luez, Mélissa Girard, Loana Esquirol, Nolwen Boriero
Institution : Université de paris 8 - Master CEN
14 janvier 2022

Dans cet article, nous définissons tout d’abord les notions de médias et de marques. Nous abordons leurs liens, leurs différences et leurs similitudes. Nous exposons également leur impact sur notre quotidien. 

L’omniprésence des médias les a poussés à évoluer. Ainsi, les médias digitaux ont remplacé en grande partie les médias traditionnels, tels que les journaux papiers. L’accès à l’information et la capacité à la partager sont aujourd’hui tellement simples et répandus que l’on doit faire face à l’infobésité ainsi qu’à de nombreuses fake news. Leur impact, qu’il soit économique ou social, peut laisser place à de nombreuses dérives. 

Nous traitons aussi le sujet des marques et leurs conséquences sur la consommation des ménages. Nous constatons ainsi que leurs changements de philosophie sont liés aux intérêts du grand public.

Cet article amène des pistes de réflexions sur les médias et les marques de demain.

Pour avoir plus d’informations sur ces sujets, voici l’article ci-dessous : 

https://drive.google.com/file/d/1oD1k-TrewOMa5Gq8hhAe555iz2I_EOuB/view?usp=sharing

  • apport théorique
  • Mélissa Girard, Loana Esquirol, Nolwen Boriero

  • Université de paris 8 - Master CEN
  • marques&medias-article (1)-4676b7d2
Cinéma : y a-t-il un avenir dans la salle ?
Références
Contributeur(s) : Nolwen Boriero
Institution : Université de paris 8 - Master CEN
12 janvier 2022
Auteur : Marilyne Letertre
Commentaire :

Depuis la crise du COVID-19, l’industrie du cinéma connaît une forte crise. En effet, le cinéma Américain a vu sa fréquentation baisser de 80%, et certaines salles sont en faillite. En France, même constat, les entrées ont chuté de 70% en un an. Alors que la situation sanitaire reste incertaine, et que les plateformes de streaming telles que Netflix connaissent une forte ascension, quel avenir reste-t-il pour les salles de cinéma ?

1989-2019 : comment trente ans d’Internet et de web ont changé les médias
Références
Contributeur(s) : Dorian Le Luez
Institution : Université de paris 8 - Master CEN
11 janvier 2022
Auteur : Jean-Paul Simon
Commentaire :

Un article regroupant plein d’informations sur l’évolution des médias durant 30 années. Il m’a permis de mieux comprendre les enjeux actuels des médias, en étant au courant de ce qui c’est passé notamment avec l’arrivée d’Internet et des médias en ligne, le plus souvent gratuits.

https://larevuedesmedias.ina.fr/1989-2019-comment-trente-ans-dinternet-et-de-web-ont-change-les-medias

Média/Marque réflexion théorique
Apport théorique
27 janvier 2021

Encore aujourd’hui et depuis les deux dernières décennies, l’expansion du numérique bouleverse notre quotidien. Ce phénomène touche particulièrement le secteur médiatique et économique. En effet, depuis l’apparition du web mais surtout le web 2.0, ces deux secteurs d’activité doivent adapter régulièrement leur chaîne de production, de la création à la diffusion du produit, sans en oublier sa consommation.
L’accessibilité croissante du numérique a avant tout permis de changer la relation entre les marques, les médias et les consommateurs. En se voulant plus proche de ces derniers, les acteurs médiatiques et commerciaux tentent, tant bien – grâce aux pure-players alternatifs – que mal – l’exemple des médias traditionnels en profonde crise économique – de garder à jour leurs techniques de communication, de promotion et de construction d’identité.
La mutation digitale des marques et médias continue sa progression dans l’objectif d’intégrer enfin une idéologie en accord avec la société contemporaine.

Fake news et crise de confiance : en 2017, les médias feront eux aussi campagne
Références
27 janvier 2021
Auteur : Gautier Roos
Commentaire :

Toujours aussi vrai aujourd’hui qu’il y a 3 ans, les fakes news prennent une place de plus en plus importante dans les informations que nous lisons chaque jour, et jouent un rôle majeur dans la baisse de confiance que placent les citoyens dans les médias dits traditionnels, mais est-ce à juste titre ? Et quels sont les autres paramètres qui entrent en jeu dans cette course à l’information qui fait rage entre les nouveaux acteurs, portés par une émergence du populisme et les autres médias, prêts à y perdre le professionnalisme qui les définissait pour suivre le rythme ?
C’est à ces différentes questions qui se rejoignent que tente habillement de répondre cet article en proposant des solutions simples.

    Media : réflexion théorique
    Apport théorique
    Contributeur(s) : Aurélie Bediola, Coline Cipolla, Kathrina Frank, Manon Gauthier
    Institution : Étudiants Master Création et Edition Numériques (CEN) - Université Paris 8
    5 janvier 2017

    Cet article retrace tout d’abord les médias et la place qu’ils occupent dans notre quotidien. Nous avons choisi de confronter les médias traditionnels et les nouveaux, en marquant l’évolution des uns vers les autres.

    Internet, et plus particulièrement ce que nous pouvons appeler le web 2.0, a joué une place d’honneur dans les nouveaux médias. La place du média, davantage social, et l’impact que celui-ci porte aujourd’hui sur l’individu n’a jamais été aussi déterminante. Ainsi, des innovations et de nouveaux business models ont émergé. Partant de ce principe d’innovations et de nouveaux business models, l’écosystème médiatique reste très singulier et pourtant très mouvant. Pour survivre, le média se renouvèle perpétuellement et marque une fois de plus cet avènement du web 2.0.

    Enfin, les médias, et plus précisément les nouveaux médias occupent une certaine place dont la remise en cause pose des questions essentielles et inévitables : quelle place pour l’information ? Quel rapport au temps entretenons nous maintenant ? Qui sommes-nous sur internet ? Nos désirs sont-ils façonnés ?

    Pour finir, cet article n’apporte pas de réponse à ces problématiques, mais permet avant tout de se poser des questions relatives aux bénéfices et aux dérives que les médias, les anciens avec les nouveaux, peuvent entraîner.

    • apport théorique
    • Coline Cipolla, Kathrina Frank, Manon Gauthier

    • Étudiants Master Création et Edition Numériques (CEN) - Université Paris 8
    • Media-CEN_2016-30acacd1
    • media_logo2_2016-1f4fdde8
    Octonews : le journal quotidien personnalisé
    Exemple d'expérimentation
    5 janvier 2017

    Octonews permet de trier l’information, afin d’éviter le trop pleins de nouvelles.

    Ce répertoire de médias permet à l’utilisateur d’être informé sur des sujets qui l’intéresse.
    Plus de perte de temps sur internet pour rechercher l’actualité qui nous concerne !
    Octonews permet de trier des articles selon des catégories pré-définis mais également selon vos journaux préférés, qu’ils soient payant ou gratuits !
    L’application vous propose des articles quotidiens et publiés au jour le jour.

    Vous pourrez en exclusivité débattre sur les sujets du jour, dans une section « débat » de l’article concerné. Cette partie vous permet d’en apprendre plus sur le sujet, de donner votre avis mais également de comprendre l’avis des autres utilisateurs afin de créer un débat autour d’un sujet précis et important.
    Il vous est possible d‘ajouter des magasines mais également de modifier des catégories à tout moment dans les options de l’application. Vous pourrez donc lire seulement les articles de la catégorie sport d’un magasine et la catégorie économie d’un journal spécialisé.

    Cette application s’appuie sur les médias, notamment les journaux d’actualités, toujours présents dans notre quotidien.
    L’application se construit grâce à l’avis de chaque participants aux débats, qui montrent et démontrent leur avis sur l’actualité.

    Le but de l’application est de pouvoir permettre à l’utilisateur de retrouver chaque jours des articles d’actualités qui l’intéresse, et donc, ne pas perdre son temps sur internet à se retrouver sur des articles qui ne le préoccupe pas.

    L’espace débat permet à l’utilisateur de donner son point de vue sur un article qui l’a touché ou qui l’intéresse. L’application permet donc un échange entre les utilisateurs tel un réseaux social.
    Cette dimension collaborative permet ainsi à l’application Octonews d’être un réseau d’échange d’opinion et de connaissances.

    Médias et numérique
    Point de vue
    4 janvier 2017

    Le terme « médias » est très vaste de nos jours. Nous avons tout d’abord choisi de le définir d’un point de vue chronologique entre les médias traditionnels et les nouveaux médias.
    Ces derniers, ayant pris une place importante dans notre société dite connectée, ont changé le fonctionnement des médias. En effet, nous sommes confrontés tous les jours aux nouveaux médias dans tous ses états: que ce soit sur l’ordinateur, le smartphone, les écrans publicitaires etc.
    Les médias ont dû s’adapter aux normes numériques. C’est pourquoi notre point de vue s’appuie également sur l’écosystème médiatique. De nos jours, les acteurs traditionnels des médias (journaliste, éditeur etc.) ne sont plus les seuls, mais sont influencés par les internautes qui participent grâce aux réseaux sociaux, blogs, commentaires, débats etc.
    Pour finir, nous nous sommes intéressées à la réputation qu’ont les médias avec la révolution 2.0. En effet, le trop-plein d’information a changé la fiabilité ainsi que l’importance des médias. Nous verrons donc dans un futur proche comment se développeront réellement les médias d’après les hypothèses créés jusque-là.

    Les médias sociaux, nouvelle menace sur la qualité de l’information
    Références
    31 décembre 2016
    Commentaire :

    L’article démontre que l’essor des réseaux sociaux conduis à une perte de fiabilité des informations diffusées sur ces médias, constaté par une qualité et diversité des informations communiquées faibles.

      Médias « historiques » et médias numériques : pour demain, le meilleur des deux mondes ?
      Références
      31 décembre 2016
      Commentaire :

      Cet ouvrage évoque une confrontation et hybridation des anciens médias et médias de demain dits numériques.

        La société numérique : réalités et perspectives.
        Références
        31 décembre 2016
        Commentaire :

        L’article revient sur l’ascension de l’ère du numérique au quotidien des français et son impact.

          La presse gratuit
          Point de vue
          19 janvier 2015

          Quand nous avons été face aux termes médias et gratuits, nous avons de suite pensé à la presse gratuit. En effet, d’après “l’express”, 70% des Français lisent chaque jour un titre de presse gratuite.

          Après une redéfinition du terme média, comme procédé permettant la distribution, la diffusion ou la communication d’œuvres, de documents, messages sonores ou audiovisuels, nous avons ouvert notre réflexion aux medias qui nous entourent. Ceux que nous utilisons quotidiennement sans débourser un seul centime. Facebook, Liberation, Deezer, France info, comment fonctionnent ces medias et pouvons nous définir des niveaux de gratuités.
          Dans une volonté d’analyse, nous avons donc dressé un tableau avec des critères tel que l’ inscription obligatoire, les publicités forcées, les options payantes.

          Notre positionnement face à ce travail est vraiment de se posé en tant qu’analyste, faire un constat de l’etat actuel de notre consommation des Medias Gratuits.

          Médias et gratuité
          Exemple d'expérimentation
          15 janvier 2015

          Le site “médias gratuits” mets en reliefs les modes de fonctionnement des médias dits gratuits.
          Lorsque l’on est utilisateur, on apprécie fortement de pouvoir accéder librement à une information ou à un service. Néanmoins, dans un environnement résolument tourné vers le bénéfice, il faut savoir faire des concessions et bien souvent les utilisateurs n’en ont pas conscience.
          Nous avons donc mis en place un dispositif qui catégorise et classe divers médias dits gratuits tels que les réseaux sociaux, les sites dédiés à la musique, les services de messagerie etc.. Ainsi il est possible de tester ses connaissances et d’évaluer le niveau de gratuité de certains médias gratuits, puis de découvrir leurs contreparties.
          Le quizz finit, l’utilisateur découvre une vidéo sur le fonctionnement des médias gratuits et expliquant comment a été défini l’échelle de niveau.
          Le but de notre dispositif est donc de faire prendre conscience à l’utilisateur que même s’il ne paie pas, il partage des informations personnelles, visualise des publicités etc.. et contribue donc à cette gratuité apparente.

          Les medias de nos jours
          Apport théorique
          13 janvier 2015

          Les médias se développent sous plusieurs formes : télévision, radio, ordinateur, journal. Qu’ils passent par le texte, l’image ou le sonore, le but est le même, il consiste à transmettre l’information et parfois à établir une communication.
          Ainsi on peut dénombrer trois catégories de médiations: le point à point, le point à multipoint et le point à masse. Celles-ci se fondent sur la nature de l’interaction entre l’émetteur et le récepteur.
          McLuhan précurseur a de l’étude des médias au XXe siècle, émet une théorie sur ces derniers. Il formule deux catégories. La première le médias chaud qui se distingue par la richesse de son contenu, il ne fait appel qu’à un sens et l’interlocuteur reçoit l’information d’une manière passive (exemple : le livre). Et le média froid qui est pauvre en contenu, il fait appel à plusieurs sens et suppose que l’interlocuteur soit actif pour en reconstruire l’image (exemple : la télévision). L’information peut donc être erronée par l’interprétation que l’on peut en faire.
          Les médias connaissent des mutations constantes puisqu’ils doivent s’adapter à de nouveaux supports de diffusion plus technologiques. Le papier, la presse laissent peu à peu place aux nouvelles technologies sur écran qui doivent s’ajuster à une population qui évolue à l’air du numérique. Des consommateurs que l’on cherche à satisfaire avec toujours plus de rapidité et d’accessibilité.
          La mondialisation a engendré de nouveaux moyens de diffusion grâce notamment à l’apparition et au développement d’internet. Ces nouveaux médias ont l’avantage de pouvoir donner accès à des sites d’informations, d’échanges et de partage, accessible à tous, faciles et gratuits pour la plupart. Leur utilisation est d’ailleurs quasi automatique pour des personnes ayant grandit avec internet et les technologies numériques et fait parti de leur culture. La plupart de la population peut consulter internet à tout moment ils ont toujours un appareil connecté sur eux permettant l’accès à l’information comme au divertissement. En effet les téléphones mobiles androïdes, les ordinateurs portables font que le monde est toujours connecté, avec un accès à de grandes bases de données et d’informations divers. Les médias sont partout. Le medias de masse permet un partage quasi-illimité, la préoccupation principale pour le public est de savoir gérer et aborder correctement ce trop plein d’informations.

            « comment les médias forment et déforment la réalité »
            Références
            7 janvier 2015
            Auteur : Julie-Maude Beauchesne
            Commentaire :

            Résumé de l’article:
            Le média est né de la révolution industrielle du XIXe siècle et du développement de la démocratie. Le but des médias est de rapporter à tous ce qu’il se passe ailleurs, ils sont donc responsables de diffuser de l’information. Cependant, plus de 80% des revenus des médias proviennent des publicités. Les rôles auraient-ils été inversés et le produit ne serait-ce pas nous ?
            Ce que nous entendons à la radio ou à la télévision influence nécessairement notre opinion, mais ce que nous ne devons pas perdre à l’esprit c’est que le média s’adapte aux attentes du public pour augmenter son audimat. C’est ainsi que des informations importantes peuvent passer au second plan, l’auditeur étant davantage friand des scandales plutôt que des faits.
            De plus, selon l’orientation politique du directeur du journal, les informations mises en avant ou la façon de les aborder ne seront pas les mêmes. Cela pose problème puisqu’en France la presse est entre les mains de cinq grands groupes qui pour la plupart sont partenaires. Le lecteur/téléspectateur est donc confronté à une uniformisation des contenus qu’il lit/regarde/écoute, ce qui est inquiétant lorsque nous savons que le média manque d’objectivité, préférant favoriser le divertissement à l’information. Le rôle des journalistes n’est plus de se conformer à la réalité, mais exposer des points de vue divergents.
            L’essor d’internet dans la médiatisation gratuite donne la possibilité à l’internaute de multiplier ses sources en se référant à des sites spécialisés, experts dans un domaine donné. Désormais que chacun peut donner son avis, plusieurs opinions peuvent se confronter sur un même sujet, mais peut aussi amener au travers inverse: celui de ne plus savoir quelle source sélectionner et à laquelle se fier.
            L’article « comment les médias forment et déforment la réalité » montre que le meilleur des moyens pour distinguer le vrai du faux est de comprendre leur fonctionnement. Nous devons rester méfiants, multiplier nos sources et ne pas prendre chaque information comme une vérité absolue.