RFID | Radio frequency identification

Professeure émérite en Sciences de l’Information, Communication de l’Université Paris 8. Titulaire de la Chaire UNESCO ITEN (Innovation, Transmission, Edition Numériques)

La technologie RFID (Radio Frequency IDentification) est une technologie d’identification sans contact fondée sur l’émission d’ondes radio. L’étiquette radiofréquence (tag RFID) est composée d’un microcircuit (puce) rattaché à une antenne et peut être lue par un lecteur adapté. Certains lecteurs RFID peuvent aussi écrire. La communication par radiofréquence entre la puce et le lecteur est bilatérale.

Cette technologie est parfaitement adaptée à l’identification, au traçage ou encore à certaines formes d’assistance. Il existe plusieurs types d’applications de la technologie RFID et selon celles-ci certains niveaux de fréquences et de fonctionnement sont mieux adaptés que d’autres. L’intérêt de cette technologie tient notamment au niveau de miniaturisation de la puce, à la portée de la communication, à la vitesse de communication et à la mémoire de la puce. La mémoire de la puce peut être de type ROM (Read Only Memory), en lecture seule, pour des utilisations simples, ou de type EEPROM (Electrically Erasable Programmable Read-Only Memory) ou RAM (Random Access Memory) lorsque des opérations d’écriture sont aussi souhaitées. Pour leur fonctionnement, les étiquettes RFID peuvent être alimentées en énergie de deux manières différentes, soit grâce à une batterie interne, elle est alors dite active, soit grâce au lecteur qui l’alimente à distance, elle est alors dite passive.

La technologie RFID permet une identification fine des objets, des animaux et des êtres humains. Cette identification peut permettre d’obtenir des informations, d’éviter le vol, de contrôler l’accès, de certifier un passage par une borne, de géolocaliser (généralement en intérieur), de communiquer des informations à des objets possédant un système de lecture RFID, de procéder à des paiements, etc.

L’identification unique des objets grâce à la technologie RFID est réalisée grâce à l’insertion d’un code EPC (Electronic Product Code), qui est une clef numérique. Cette méthode d’identification vise à faciliter la gestion et le contrôle de la chaîne de production, ainsi que la gestion des stocks et l’approvisionnement des distributeurs. Ce système permet notamment de certifier la provenance des produits et de repérer les contrefaçons.

La traçabilité du bétail par étiquetage RFID se généralise pour certifier l’origine et les conditions d’élevage. L’étiquetage RFID est aussi utilisé pour identifier les propriétaires des animaux domestiques.

L’identification des êtres humains par puce RFID pose de réels problèmes en termes d’usage des données personnelles et de vie privée. Qu’il s’agisse de la présence d’une puce par implantation, par insertion dans un passeport ou une carte, ces systèmes présentent un risque pour les libertés de l’individu et son anonymat et introduisent les données personnelles dans les relations commerciales et dans la vie sociale quotidienne. Si les capteurs/lecteurs RFID sont implantés à intervalle suffisamment régulier sur le territoire, cette technologie permettra une géolocalisation extrêmement précise, en temps réel et avec identification.

Contributions
Pour contribuer, connectez-vous ou inscrivez-vous

L’exposition “Circuler” (Cité de l’architecture et du patrimoine)
Exemple d'expérimentation

Les 23 points d’intérêt de l’exposition “Circuler – Quand nos mouvements façonnent les villes”
à la Cité de l’architecture et du patrimoine (4 avril – 26 août 2012) sont dotés chacun d’un flashcode et d’une étiquette NFC.

Chaque Flashcode (code barre en deux dimensions) permet d’accéder immédiatement au contenu multimédia correspondant au point d’intérêt de l’exposition sur un smartphone connecté en WiFi (le WiFi est gratuit dans l’exposition mais il est verrouillé sur le site de l’exposition, c’est à dire qu’on ne peut consulter autre chose).

Chaque point d’intérêt est également marqué d’une étiquette NFC qui permet d’accéder directement au contenu multimédia sur un téléphone doté de la technologie NFC. Celle-ci étant encore peu répandue, des téléphones Samsung sont prêtés à l’entrée de l’exposition. Dans ce cas, il suffit d’approcher le téléphone de l’étiquette.

J’ai testé successivement deux téléphones Samsung NFC sans succès à cause de bugs internes de l’application qui produisaient un blocage de toutes les fonctions, j’ai finalement utilisé mon propre iphone 4S en scannant les flashcodes, ce qui a très bien fonctionné en WiFi pour écouter les commentaires sonores à chaque point d’intérêt. Un audioguide de ce type est simple et efficace, c’est certainement la meilleure solution à condition d’offrir un accès gratuit en WiFi au sein d’une exposition.

http://circuler.citechaillot.fr/articles/visite/menu.html

    Vitrine interactive avec cartel numérique (Muséolab du Centre Erasme)
    Exemple d'expérimentation

    La vitrine contient des objets des collections d’histoire naturelle (musée des Confluences)

    – Un cartel classique renseigne le visiteur
    – Un cartel numérique enrichi (texte, images, son, vidéo) peut être déclenché à l’aide du bouton sensitif (à droite, en bas, au centre)
    – Un cartel numérique enrichi selon le profil du visiteur (langue, age, handicap, statut) peut être déclenché à l’aide d’une carte RFID.
    – L’ensemble du contenu peut être “emporté avec soi” à l’aide de la carte RFID, et retrouvé en ligne sur le site “visite+”

    Photographie Filippo Vancini pour le MuCEM au centre Erasme (http://www.erasme.org)