Veille

Professeure émérite en Sciences de l’Information, Communication de l’Université Paris 8. Titulaire de la Chaire UNESCO ITEN (Innovation, Transmission, Edition Numériques)

La veille désigne l’activité continue de collecte des informations actualisées nécessaires à l’analyse et à l’anticipation dans un domaine délimité. La veille permet de connaître l’état de l’art, et de dégager des tendances. Cette activité est centrale pour la recherche et le développement. Des disciplines comme l’intelligence économique s’intéressent à l’activité de veille.

Les regroupements en clusters peuvent faciliter cette activité de veille, en permettant aux membres de l’écosystème de partager de l’information et de répartir l’effort de veille entre acteurs différents (sociétés cotées en bourse, PME, start-up, universités, administrations, etc.).

La méthode de veille est définie par ses finalités, et le champ d’investigation est généralement limité à un secteur d’activité. Les finalités de la veille sont variées, mais avec pour constante l’objectif de rationaliser la prise de décision.

Les veilles qui intéressent directement les entreprises sont généralement d’ordre technologique, concurrentiel, marketing, commercial, financier ou juridique. La veille technologique donne des indications sur les tendances de la recherche et les évolutions en cours. Elle permet une meilleure affectation des investissements en recherche et développement, une gestion rationnelle des brevets et une plus grande réactivité face aux innovations des concurrents. La veille concurrentielle donne des indications sur la structure de marché, le repositionnement d’acteurs, l’arrivée de nouveaux acteurs, elle permet aussi de mettre en exergue des spécificités, des avantages et des désavantages de l’entreprise par rapport à ses concurrents. L’inscription de la veille concurrentielle dans la durée permet aussi de définir le moment adéquat pour une restructuration de l’entreprise ou pour réaliser une opération de fusion ou d’acquisition. La veille marketing donne des indications sur l’image de marque de l’entreprise et lui permet de se réajuster à sa cible. La veille commerciale donne des informations sur l’évolution des besoins des clients et de l’offre des concurrents. La veille financière donne des informations sur l’évolution sur les marchés financiers, sur la réception des décisions par ces marchés et sur les moments adaptés pour faire un appel public à l’épargne. La veille juridique donne des informations sur l’évolution du cadre juridique, des projets de loi à l’étude, des lobbies impliqués et de l’impact des nouvelles règlementations sur l’activité de l’entreprise (nouvelles possibilités, restrictions, obligations administratives, fiscalité, etc.).

L’inflationnisme informationnel lié à Internet a transformé l’activité de veille, en rendant indispensables la hiérarchisation de l’information et la certification précise des sources.

L’évolution constante des technologies et des usages du crossmédia, ainsi que la grande instabilité de la structure de marché et l’absence de règlementation spécifique stabilisée, impose une veille précise pour les acteurs du crossmédia.

Contributions
Pour contribuer, connectez-vous ou inscrivez-vous